Une soirée INOUBLIABLE à Versailles

versailles

Depuis toute jeune fille, je rêve de ma première visite à Versailles. Je m’imaginais dans le palais extravagant, les yeux écarquillés alors que je me promenais dans les chambres garnies d'or. Compte tenu de mon admiration pour ce palais, vous pouvez imaginer ma joie lorsque j’ai appris que j’aurais l’occasion d’y aller avec ma classe de « Art Humanities » pour assister à un concert de musique baroque. Ayant aussi suivi un cours de chant baroque, il y a quelques années, cette soirée m'apparaissait parfaite. J’avais très envie d’y aller.

Le soir du concert, je suis montée dans le train avec ma classe, impatiente de découvrir le palais de mes rêves, et plus encore, d'entendre cette célèbre chanteuse baroque. Rien ne pouvait me préparer à ce qui allait suivre. Tout à coup, lorsque nous sommes arrivés et descendus du train, j'ai eu une terrible douleur à l'estomac. Je me suis convaincue que je n'étais pas vraiment malade, et j'ai essayé, avec beaucoup d'efforts, de continuer à marcher vers le palais. Même si je savais que j'étais malade, j’ai continué à essayer de me persuader que j'étais pas nauséeuse, de peur de gâcher ma soirée.

Finalement, sans autre choix, je suis descendue aux toilettes et j’ai commencé à vomir. Environ une heure plus tard, j'avais déjà manqué la moitié du concert et je me sentais misérable. Je suis allée au lavabo pour obtenir un verre d'eau. J’ai posé mon collier sur le lavabo, et, à ma grande horreur, il est tombé dedans ! Je ne pouvais pas le croire : c'était le collier de ma mère, certainement la chose la plus précieuse que je possédais. A ce moment-là, j’ai senti mon cœur se serrer dans ma poitrine. Je me sentais comme si tous les malheurs possibles avaient trouvé leur chemin vers moi ! Mais une fois encore, le monde m'a surpris avec quelque chose d'inattendu... Cette fois, il n'a pas été une malédiction, mais plutôt une bénédiction: une «équipe» -- deux femmes de ménage et un concierge -- qui ont passé toute la soirée à essayer de repêcher mon collier !
Pendant tout ce temps, j'étais assise près des toilettes où je continuai de vomir et relevant la tête dès que je pouvais pour demander, comment ça se passe ? A ma grande surprise, après deux heures, ces trois personnes extraordinaires ont fini par réussir à récupérer mon collier ! Comme si cela ne suffisait pas et préoccupés par l'apparence de mon visage pâle, elles se sont assisses avec moi. Elles m’ont frictionné le dos, et ont même insisté pour m’acheter un Coca Cola, pour soulager mon estomac.  Ce fut à la fois une catastrophe terrible et une expérience réconfortante.

J’ai compris à ce moment-là que, peu importe que je me sentais misérable et malade, je me souviendrai toujours de cette nuit et de ces trois «anges» avec tendresse.

 

Texte Brooke Robbins, Columbia College - Photo internet Château de Versailles