Une perspective globale de « la culture café »

cafe 1 post 10

Maintenant, trois mois après mon arrivé à Paris, j’ai appris un peu sur la culture du café ici. Pour être une vraie accro du café, j’ai essayé pas mal de cafés ici à Paris. Ce que j’ai trouvé pendant ces trois mois est que New York et Paris ont leur propre « culture », comme j’aime l’appeler, du café.

À New York, les cafés sont toujours pleins d’étudiants et de jeunes professionnels travaillant sur leurs portables. Les lattes sont souvent artistiques (et chers !) – nous avons même inventé un nouveau concept aux États-Unis, le « latte art », qui a rendu le café une forme d’expression artistique (et, naturellement, le sujet de pas mal de photos sur Instagram). On peut trouver des cappuccinos avec du lait dans la forme de cœur ou d’une feuille – j’ai même vu un panda. Donc le café à New York est d’abord un lieu d’art et deuxièmement un lieu pour  étudier et travailler. Seulement après tout cela fonctionne-t-il comme un espace de socialisation et de conversation ?

À Paris, en revanche, ces fonctions se trouvent à l’inverse. Les cafés typiques parisiens ne sont pas des espaces pour travailler. Les chaises et les tables, loin d’être positionnées pour accommoder des portables, sont petites - juste assez grandes pour deux ou quatre amis. Ils sont souvent positionnés vers la rue, en particulier ceux qui se trouvent à l’extérieur. Comme si, il me semble, le café à Paris est structuré comme un lieu social : il n’est pas un espace pour étudier, mais plutôt un lieu pour parler avec des amis ou pour regarder les autre gens qui marchent dans la rue.

En dépit de cette différence, le fait que Paris est une ville internationale veut dire qu’on peut trouver, avec un peu d’effort, quelques cafés pour travailler. Et tandis que j’aime la culture parisienne du café quand je veux socialiser, en tant qu’étudiante l’ambiance du café new-yorkais me manque. Faute d’un lieu où travailler en paix, j’ai cherché (et trouvé) quelques cafés où, contrairement aux cafés traditionnellement français, il n’est pas bizarre pour quelqu’un de s’asseoir pour quelques heures avec son portable. Ces cafés cependant, au moins selon mes expériences, ne sont jamais « parisiens », mais plutôt importés des autres pays.

Donc le café, en plus d’être une boisson délicieuse et bien aimée partout dans le monde, c'est aussi le centre de sa propre « culture ». En tant que cela, le café nous dit beaucoup sur les différences culturelles entre des pays et aussi sur le phénomène de la globalisation qui commence à diminuer ces différences.

cafe post 10 photo3

 

Texte Brooke Robbins, Columbia College - Photos internet

Photos de haut en bas, Joe’s Café à Columbia University, New York, NY et le Café de Flore : un café typique parisien, fréquenté au passé par des artistes et des intellectuels comme Picasso, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.