Une fin de semestre chargée...

Je trouve mon semestre à Paris très intéressant du point du travail à faire parce que c'est structuré un petit peu différemment en comparaison avec mon travail aux États-Unis. Je pense qu'ici il y a la tendance de se concentrer sur le travail vers la fin du semestre. En revanche, aux États-Unis le travail est plus dispersé tout au long du semestre.
Je suis trois cours (à part d'Academic Writing qui est maintenant fini): un cours à la Sorbonne qui s'appelle "Histoire politique de la France au XXème siècle", un cours sur la vie politique française à Reid Hall, et une recherche dirigée sur la galerie des Glaces à Versailles à Reid Hall.

Pour ces trois cours, j'ai maintenant beaucoup du travail pour la fin du semestre. Je dois finir, avant mon départ de Paris, une recherche de dix-huit pages, un dossier de dix à douze pages, et un devoir sur table. Cela fait beaucoup de travail! Pourtant le semestre ne m'a pas paru si chargé, j'ai eu du temps pour visiter beaucoup de choses à Paris et ailleurs. Maintenant il fait que je bosse beaucoup. En parlant avec plusieurs étudiants, j'ai appris qu'ils étaient dans la même situation.

Mais je dois dire que dans plusieurs cas, nous avons eu la possibilité de faire le travail à l'avance. La plupart du travail a été donné en début de semestre, comme les dossiers par exemple. Cependant je pense, ainsi que les autres étudiants, que c'est difficile d'être assez motivé pour faire le travail si en avance. C'est encore plus difficile quand la date de remise des travaux semblent si loin. C'est la raison pour laquelle beaucoup d'étudiants se retrouvent comme moi avec beaucoup de travail les dernières semaines du semestre.

Quelle approche est-ce que préfère ? Je pense que pour un semestre d'échange c'est mieux de concentrer la plupart du travail sur une période de trois semaines ou un mois. Ce serait trop stressant, d'avoir des devoirs tout au long du semestre et tu ne pourrais pas vraiment apprécier tes sorties. En revanche, je pense, qu'aux Etats-Unis, je préfère la méthode de travail tout au long du semestre. La chose que j'ai appris à Paris c'est que laisser tout pour la fin est très stressant aussi. Alors, selon moi, chaque pays a fait le bon choix.

Ingrid Vatamanu, Barnard College