Une soirée au cinéma

Une salle avec trois étages, plutôt un théâtre qu’un cinéma. Je choisis le premier de deux balcons, où je suis seul en premier, plutôt tôt pour la projection. Une petite scène de bois avance de l’écran, qui est décorée avec un piano quart de queue sur le coin gauche. Le thème de la salle est égyptien : les murs sont jaune et or, des têtes des sarcophages surmontent les colonnes en stuc qui recouvrent les murs, et des silhouettes des serpents ornent les lumières opaques du plafond. C’est le cinéma historique de Paris, Le Louxor. Construit en 1921 dans le dixième arrondissement, près du Sacré Coeur, le Louxor fonctionnait en tant que cinéma jusqu'en 1983, puis c’est devenu une boite de nuit célèbre. Mais il a est revenu à ses racines en 2013 quand il a été rénové, et maintenant il diffuse un mélange de films indépendants et de succès commerciaux.

Les autres spectateurs flânent dans le cinéma – d’abord lentement puis le mouvement s’accélère à mesure que ma montre approche 19H15. Des couples gloussent, des amis se saluent, des présentations sont faites, des sandwiches sont extirpés des sacs, et un bavardage calme remplit la salle. J’ai observé que les parisiens semble être excellent à échanger des banalités, ce qui, pour moi est génial au vu de mes difficultés orales ! Les lumières baissent et le film commence.

J’ai choisi un film français, Le Douleur par Emmanuel Finkiel, qui est sur les souvenirs d’une femme sur sa vie à Paris pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Son mari est interné dans un camp de concentration   Elle rencontre régulièrement un membre de la gestapo française pour avoir de ses nouvelles.  C’est un film dramatique où les dialogues sont particulièrement importants et ma compréhension n’est pas assez bonne que je peux comprendre vraiment le film. Mais il est nominé pour des prix, et la femme à côté de moi a pleuré, donc je pense que le film est puissant pour les spectateurs qui le comprennent. Mais j’aime l’expérience -- spécialement parce que le cinéma est abordable en France, tandis qu’aux États-Unis un billet est deux fois le prix d’un en France. 

Le cinéma français est définitivement plus artistique que le cinéma américain. Les films français sont plein de symbolisme allégories et métaphores, plutôt comme un roman tandis que la signification des films américains est très claire et simple. Les films américains, comme les restaurants américains essayent de satisfaire les envies du consommateur. Les cinéastes français se soucient moins du consommateur ; ils attendent des spectateurs un certain niveau intellectuel. Le public doit deviner la signification de chaque plan et chaque mot. C’est difficile pour quelqu’un qui se qualifie à peine comme compétent en français. Mais cette approche au film est très intéressant et permet beaucoup plus de variation dans les structures et les intrigues des films qu’aux États-Unis, où le cinéma est plutôt une industrie qu’une forme de l’art. 

Texte et image Brendan Taliaferro - U. of Penn

le_louxor_0.jpg

Cinéma Le Louxor