Une journée à Reims

En réfléchissant à mon temps en France avec Reid Hall jusqu’à maintenant, une des souvenirs le plus saillant demeure le voyage à Reims qu’on a fait au début de semestre. Le voyage m’intéressait en particulièe pour les raisons un peu étrangement spécifiques. Par exemple, le semestre dernier, j’ai chanté avec ma chorale dans un opéra qui était à propos de Jeanne d’Arc. Je me souviens de débats chargés entre les francophones dans la chorale et le chef de chœur à propos de la prononciation du mot “Reims.” Même ailleurs de cette connexion bizarre que j’ai faite quand j’ai vu l’excursion sur l’itinéraire, la ville de Reims m’intéressait pour sa richesse historique comme la “ville des sacres” ou mes ancêtres lointains ont été couronnés.

Dans la cathédrale la signifiance historique de l’endroit est presque palpable. La cathédrale telle qu’elle existe aujourd’hui est impressionnante en plus de sa valeur historique. Pour moi, les cathédrales ont tendance à se ressembler et le vitrail semble être toujours beau, mais toujours pareil. Cette cathédrale, ayant remplacé quelques vitraux relativement récemment, a défié mes attentes. Les rosaces de la façade de la cathédrale me semblaient normale en ce qui concerne leur style (mais apparemment c’est spécial qu’il y a deux rosaces, pas une seule). Mais tout au fond de la cathédrale, il y a quelques vitraux magnifiques. Marc Chagall a fait trois panneaux de vitrail qui dépeint les occurrences historiques (comme le procès de Jeanne d’Arc !) dans son style onirique. Imi Knoebel a fait des panneaux abstraits en 2015 comme un cadeau de l’Allemagne un siècle après cette partie de la cathédrale était détruite par les Allemagnes pendant la première guerre mondiale.

Après notre visite à la cathédrale, on a eu l’occasion de visiter les caves de Pommery et d’essayer le champagne dans la capitale du champagne de la France. C’était un bon moment de se détendre ensemble après une journée bien remplie de voyages en bus et de visites touristiques.

reimsimage_3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte Naomi Rafal, Harvard University - Photo internet