Théâtre Le Prénom

Après avoir eu plus de 6 heures de cours mardi dernier, j’avais tellement besoin d’un soulagement comique. En allant au théâtre voir Le Prénom, je n’ai pas été déçue.

« Pierre et Elisabeth sont le couple idéal. » Ça commence l’ironie centrale du spectacle : un couple qui est toujours en train de se disputer tente d’organiser un dîner plaisant pour leurs amis et famille. Les invités ? Le meilleur ami de Pierre, Vincent, et sa compagne enceinte Anna. Sans oublier Claude, le meilleur ami d’Elisabeth, un homme qui joue du trombone et qui a un passé relativement inconnu ; au moins, au début. On verra plus tard comment son grand secret laisse tout le monde, déjà mal à l'aise par la lourdeur de Vincent, abasourdi. Ce qui sème au début le chaos parmi les convives, c’est lorsque Pierre annonce que son enfant s’appellera Adolphe. Même avec la différence d’orthographe, les connotations politiques sont telles qu’immédiatement tous ses amis tentent de le convaincre de choisir un autre nom.

En employant un ton subversif, Le Prénom souligne le ridicule de la vie quotidienne. Les personnages sont, avant tout, humains- plein de traits ridicules et ordinaires et contradictoires. Je ne suis pas certaine que ce spectacle aurait un grand succès aux États-Unis ; il a un humour semblable à l’humour que l’on trouve dans le film « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? » qui est interdit en Amérique à cause de son sujet controversé en ce qui concerne la religion. Mais si on peut reconnaitre l’humour et regarder la pièce avec une vue légère, on peut l’apprécier à sa juste valeur. En tout cas, j’ai trouvé ce spectacle magnifique- quelque chose qui peut parler à tous avec sa sincérité totale.  

Texte Ella Damstra, Johns Hopkins - Photo visuel théâtre

edouard7_prenom2018_40x60_426x638px_2_0_0.jpg