Sur ma route, la mienne

Ce mardi soir, tous les étudiants suivant le cours Paris Noir sous l’enseignement de Mme. Stéphanie Bérard ont eu le privilège d’assister à une rencontre avec les metteuses en scène de la pièce de théâtre Sur la route. “J’ai voulu témoigné contre la haine,” a dit la scénariste du succès théâtrale, Anne Voutey. Mais pourquoi est-ce qu’une femme blanche ayant jamais vécu aux États-Unis s’est-elle intéressée en particulier à l’histoire vraie de Sandra Bland, morte après une altercation avec un policier en 2015 ? Voici la question que mes camardes se sont posés au cours suivant avec notre professeur, surprise par nos doutes en ce qui concerne les droits de l’artiste.

Il faut souligner que Voutey s’est inspirée de cet évènement — il s’agit de trois femmes qui incarnent l’histoire, la vie et l’âme d’Annette Josephine Black dans cette pièce. Voutey a donc gardé certaines parties du vrai drame intactes, y compris les réflexions caustiques qu’a remarqué le policier à Bland, comme « je vais t’allumer ». 

Malgré les intentions de Voutey, une question assez substantielle s’est formée parmi mes pensées : Comment peut-il s’agir d’un hommage si l’on parle d’Annette Josephine Black et non de Sandra Bland ? Ce fait est rendu plus difficile avec l’histoire d’amour inventé, une cause de décès différente et un nom de personnage qui sonne… pas assez… réfléchi. En outre, la sœur de cette femme qui a vécu quasiment la même tragédie que Sandra Bland s’appelle Ebony Black. Sans doute, j’apprécie le choix de notre professeur d’inclure une œuvre qui se concentre sur les tensions raciales qui ont leur origine aux États-Unis. Cependant, même avec l’actrice Matin Gabin, présente en toute joie, qui a lu une partie de l’œuvre à haute voix devant son petit public, je trouve que le personnage sous-développé, bien qu’il soit peut être trop proche de la vérité de Sandra Bland, fait la représentation dérisoire d’une histoire vraie ayant de profondes implications pour les relations interraciales.

sur_ma_route_la_mienne.jpg

 

Texte et photo Judith Teboul, Columbia University