La Mer

Assise en face de la mer avec un café, la chanson de Charles Trenet me vient en tête. Comme dans la chanson, la mer est calme. Il fait, malheureusement, trop frais pour s’y baigner, mais la vue me suffit. Je prends des photos à vaste profondeur. On se croirait si proche de la mer, mais on n’est pas au point de ressentir la température basse de l’eau. Depuis Paris, je n’ai pas besoin de voyager pendant des heures et des heures en passant par des aéroports et des taxis. Au contraire, je profite de trajets à petit prix et je me retrouve facilement au bord de la mer, face à la Manche dans ce cas particulier. Il y a un mois, par contre, j’ai eu la chance de voyager au Danemark et en Suède pour une durée de quatre jours. Chacun de ces voyages était merveilleux notamment grâce au fait qu’ils n’étaient pas prévus. Il a fait froid à Copenhague. Quand j'y repense c’est la vue des bateaux le long d’un canal qui me revient en mémoire. C’est aussi la vue du bord de mer, auprès de la statue de la petite sirène. C’est même celle de l’eau qui sépare le Danemark de la Suède, telle que je l’ai vu de la forteresse de Kronborg à Elseneur. Je n’ai jamais pu m’y baigner et pourtant ces images me restent en tête. La mer s’étend infiniment, mais chaque lieu où j’ai pu l’observer reste unique à mes yeux.

lamer_0.jpg

Texte et image Judith Teboul - Columbia University