Enchantée par la Flûte Enchantée

Depuis mon enfance, je suis entourée par l’opéra. Mon père est chef d’orchestre de l’opéra et ma mère était chanteuse avant de devenir prof de chant. Voir un opéra à Paris, une des villes les plus internationales et les plus célèbres pour sa culture dans le continent où l’opéra était né, c’était vraiment un rêve pour moi. Donc, quand j’ai appris que Reid Hall avait des tickets gratuits pour ses étudiants pour l’opéra, j’avais hâte d’en profiter !  

Le 6 février, je suis allée à La Flûte Enchantée de W.A. Mozart à l’Opéra Bastille, grâce au programme culturel de Reid Hall. Étant sorti en 1791, La Flûte Enchantée est un des opéras de Mozart les plus connus. En bref, l’opéra raconte l’histoire d’un prince, Tamino, qui est engagé par La Reine de la Nuit pour sauver sa fille, Pamina, dont il tombe amoureux. Avec l’aide de Papageno, un homme-oiseau, Tamino voyage vers le royaume de Sarastro, qui a enlevé la princesse, et après des réalisations (Spoiler : Sarastro n’est pas vilain !) et des épreuves, Tamino gagne Pamina.

Concernant les chanteurs, ils m’ont pour la plupart plu. Florian Sempey (Papageno) avait une voix riche et forte et René Pape (Sarastro) une voix pleine. Encore Sabine Devieilhe a-t-elle bien chanté son aria célèbre “Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen” avec de hautes notes claires et précises. A propos des choix du metteur en scène, je n’étais pas fan. Peut-être le moment le plus étonnant était quand les garçons qui aident Tamino ont joué au foot sur la scène. Juste...pourquoi ? Je ne pouvais pas comprendre comment cela aide à raconter l’histoire de l’opéra.

Pourtant, peut-être l’aspect le plus frappant pour moi était-il mon expérience linguistique : je lisais les sous-titres en français la plupart du temps, mais de temps en temps j’ai aussi lu les sous-titres en anglais, tout en entendant les mots en allemand. Parfois, avec l’aide des sous-titres français, j’ai attrapé un mot d’allemand que je connaissais déjà mais oublié, ou autrement, ma connaissance de l’opéra m’a aidée à comprendre un mot des sous-titres français, etc.  C’était un mélange des langues dans ma tête et je l’aimais bien.

Quoique j’adore toujours aller à l’opéra, avec la mise en scène bizarre, les bons chanteurs, et le mélange linguistique, aller à cet opéra était vraiment une très bonne expérience intéressante et unique pour moi.

Amanda Ryvkin - Barnard College